Achats immobiliers en solo : les femmes achètent le même type de bien que les hommes mais plus tardivement

publié le 04/07/2018
En 2017 sur l’ensemble de la région francilienne, près de 4 logements sur 10 ont été achetés par une personne physique seule (cf. notre dernier focus "Acheter seul ou à deux" paru le 29 mars).
 
Sur ces 85 000 acquisitions, la répartition par sexe est quasi équilibrée et reflète la répartition au sein de la population totale : 51% ont été réalisées par des femmes et 49% par des hommes.
 
Hommes et femmes achètent des biens très similaires, un appartement pour près de 88% d’entre eux et plus précisément un deux pièces pour 40% des personnes seules. La localisation du bien acquis est proche : parmi les acquéreurs masculins 20% ont choisi la Capitale et 42% la Petite Couronne, contre respectivement 21% et 40% des femmes.
 
Sur l’ensemble de l’Ile-de-France, les femmes seules dépensent 200 000 € pour acquérir un appartement ancien, les hommes 188 000 €. Le budget médian des femmes pour l’acquisition est un peu supérieur à celui des hommes dans tous les départements, excepté à Paris où il est quasiment identique (320 000 €).
 
En revanche, des différences homme-femme apparaissent lorsque l’on s’intéresse aux profils sociodémographiques des acquéreurs solo.
 
Les hommes qui ont acheté seuls sont davantage célibataires
 
(71% le sont contre 62% des femmes). Tandis que les femmes achetant en solo sont davantage divorcées (21% contre 13% pour les hommes) ou veuves (5% contre 1%). Il semble donc qu’après un divorce les femmes achètent plus fréquemment un bien immobilier que les hommes. Cela laisse donc à penser qu’elles ne conservent pas la résidence antérieure du couple ou qu’elles préfèrent acheter plutôt que louer. Enfin, si très peu de veufs ou de veuves achètent un logement seul, les femmes sont très largement surreprésentées dans cette catégorie, comme elles le sont dans cette population en général.
 
Les hommes achètent plus jeunes (60% de moins de 40 ans contre 49% pour les femmes), l’âge médian étant de 36 ans pour les hommes et de 40 ans pour les femmes. Cela s’explique potentiellement par des revenus plus élevés, qui permettent de constituer un apport personnel plus rapidement ou de disposer d’une capacité de remboursement plus forte. 
 
D’ailleurs, parmi les hommes qui ont acheté seuls, 38% sont cadres contre 30% des femmes. Comparées aux hommes, les femmes sont davantage issues de professions intermédiaires (38% contre 30%), employées (18% contre 12%) ou retraitées (8% contre 4%).
 
Mais elles sont en revanche moins représentées dans la catégorie ‘ouvrier’ (1% contre 8% pour les hommes acquéreurs).
 
In fine, le marché immobilier traduit les disparités objectives existant entre les hommes et les femmes au sein de la société française.
publié le 04/07/2018
A télécharger
Télécharger le focus